Unser Gin Sortiment

Comme beaucoup d’inventions, le gin doit sa création à une idée qui était initialement destinée à servir un objectif complètement différent. L'histoire passionnante du gin commence dans un laboratoire de la ville néerlandaise de Leiden.

Weiterlesen

Comme beaucoup d’inventions, le gin doit sa création à une idée qui était initialement destinée à servir un objectif complètement différent. L'histoire passionnante du gin commence dans un laboratoire de la ville néerlandaise de Leiden.

De la médecine à la boisson tendance : l'histoire du gin

Au milieu du XVIIe siècle, le médecin allemand Franciscus Sylvius, exerçant en Hollande, tenta de développer un médicament contre les maladies de l'estomac, les calculs rénaux et les coliques. Il distillait également des baies de genièvre. Le schnaps épicé au genièvre, dont on peut dire qu'il a un effet cicatrisant ou calmant limité, est rapidement devenu une « boisson à la mode » parmi la population. Les patients traités avec ce distillat d'épices étaient si bons que le médecin fut confronté à un besoin toujours croissant de ce « médicament ». Le genièvre (ou Jenever, genévrier en néerlandais, dérivé du nom botanique Juniperus) est devenu un vin recherché, c'est pourquoi Sylvius a rapidement chargé des distilleries professionnelles de l'aider dans sa production. La fabrication commerciale pour le marché non pharmaceutique a commencé.

Les marins néerlandais, très occupés, ont veillé à ce que Genever se fasse connaître au-delà de la frontière néerlandaise. Les soldats anglais qui combattirent aux côtés des Néerlandais lors de la guerre hollando-espagnole (1568-1648) apportèrent l'eau-de-vie de genièvre dans les îles britanniques, où elle reçut le nom de gin (abréviation de genièvre). Au milieu du XVIIe siècle, environ 5 000 Néerlandais vivaient à Londres, ce qui a permis de diffuser davantage cette boisson.

Lorsque Guillaume d'Orange devint co-régent en Angleterre à la fin du XVIIe siècle, la tolérance envers le catholicisme et les pays catholiques était terminée. Sous le règne du nouveau souverain, l'importation de brandy français fut interdite et des taxes élevées furent prélevées sur la bière allemande ainsi que sur les vins français et espagnols. Le gin produit dans le pays est devenu la boisson alcoolisée la moins chère, et même les personnes les plus pauvres pouvaient s'offrir du schnaps au genièvre. La reine Anne, qui prit la relève après la mort de William en 1702, autorisa tout Anglais à fabriquer du gin. Cela a conduit à une production illimitée d’alcool dans presque tous les foyers anglais. On enregistre en 1727 que six millions d’Anglais consommaient 22 730 460 litres de gin par an.

Cependant, cette consommation de masse est devenue un problème qui ne pouvait plus être ignoré, et de plus en plus d’alcools de qualité inférieure ont inondé le marché. Les politiciens ont réagi en 1736 avec le premier « Gin Act ». La production sans licence et la vente de quantités ménagères ont été interdites. La quantité minimale d'achat était fixée à environ neuf litres, afin que seuls les riches Anglais puissent s'offrir du gin. En outre, les distilleries devaient payer une taxe annuelle spéciale de 50 livres, que seuls quelques distillateurs pouvaient se permettre. Le "Fifty Pounds Gin" est une marque toujours disponible aujourd'hui. Le nom rappelle la taxe spéciale qui était actuellement imposée aux distilleries.

Malgré toutes les exigences, le « Gin Act » n’a pas eu l’effet escompté. Les mesures se sont avérées largement inefficaces car la composition du gin était définie par la loi. Il était possible de contourner les lois en apportant des modifications mineures à la recette. On estime qu’au milieu du XVIIIe siècle, adultes et enfants buvaient plus de 0,5 litre de gin par jour. Le résultat a été des règles plus strictes : les licences sont devenues moins chères, mais le gin n'a plus été autorisé à être vendu aux clients finaux et les contrôles gouvernementaux ont été élargis. Les mesures ont été couronnées de succès : l’ivresse dans l’ensemble de la population a été freinée. Le gin n’était plus une boisson bon marché, mais s’est développé en un distillat fin strictement contrôlé.

Comment est fabriqué le gin, que sont les « plantes » et quels types de gin existe-t-il ?

Le gin est distillé à partir de céréales ou de mélasse. Il doit son goût caractéristique à l'ajout d'épices, notamment de genièvre et de coriandre. Selon le fabricant, environ 120 ingrédients différents, appelés végétaux, sont utilisés pour produire du gin. Baies, écorces, graines, herbes : il n'y a presque aucune limite à l'imagination d'un distillateur de gin. La composition exacte reste son secret bien gardé.

L'arôme se produit pendant ou après la distillation. Dans un processus, les vapeurs d'alcool passent sur les épices, dans l'autre, les additifs flottent dans l'alcool brut et sont distillés avec lui. Ce processus est connu dans le monde professionnel sous le nom de macération. Si le spiritueux est mis en bouteille directement après macération, il est appelé « gin composé ». Il s’agit de l’option la moins chère et ne jouit pas d’une grande réputation auprès des experts. Si la macération est suivie d'une autre distillation, on obtient ce que l'on appelle le « gin distillé », dans lequel on distingue quatre types classiques : le dry dry gin et le dry London dry gin, les versions plus douces Old Tom et Plymouth Gin également. comme le genièvre hollandais et le gin à la prunelle. À proprement parler, ces derniers ne sont pas considérés comme des gins classiques. La recette hollandaise du genièvre est fondamentalement différente de celle du gin ; le gin de prunelle est une liqueur de prunelle.

Les différentes variétés se caractérisent par les caractéristiques gustatives suivantes :

- DRY GIN est sec et accentué de genièvre.

- NEW WESTERN DRY GIN est une interprétation moderne du dry gin, le genièvre passe au second plan au profit d'autres saveurs.

- LONDON DRY GIN n'est pas une appellation d'origine, mais une recette sèche et fortement épicée (avec un accent de genièvre).

- PLYMOUTH GIN désigne l'origine. Ce gin est légèrement sucré.

- OLD TOM GIN est une variante légèrement sucrée particulièrement adaptée au mixage de cocktails. Selon la tradition, le nom viendrait des statues « tomcat » qui ont été installées sur la maçonnerie de certains pubs après l'adoption de la loi sur le gin au XVIIIe siècle. Les passants ont mis un sou dans la gueule du chat. L'aubergiste versait alors une chope de gin dans une pipe qui se terminait aux pieds du chat, permettant aux passants de consommer du gin en secret.

- GENEVER est un gin doux et aromatique principalement distillé aux Pays-Bas.